La robe de mariée : Episode Final

Nous y voilà ! le dernier article de la série « La robe de Mariée »

Si vous me suivez sur Instagram, vous avez déjà eu un aperçu de ma robe ici, mais il est temps de vous la dévoiler sous toutes les coutures !

On commence par le tissu et la mercerie:

C’est surement ce qui m’a donné le plus de fil a retordre, et j’ai bien failli abandonner l’idée de faire ma robe à cause de ça ! Impossible de trouver quelque chose qui me plaisait : qui ne fasse pas trop « robe de mariée », mais qui ne soit pas non plus « robe de tout les jours » … la fille chiante quoi !

J’ai bien sur écumé la catégorie « robe de mariée » de toutes les merceries en ligne mais malgré la beauté de tous ces tissus, je ne trouvais rien qui me correspondait. La solution est venue de manière inattendue et sans vraiment la chercher… Lors d’un visite en juillet chez mes parents, je vais faire un tour chez Mondial Tissu (surtout parce qu’il n’y en a pas près de chez moi, et puis que seraient des vacances sans shopping tissu…) et c’est là que j’ai trouvé une matière qui m’a tapée dans l’œil !

Alors j’aime autant prévenir, niveau écologique on est dans le pas terrible du tout, mais bon ! Ce tombé et cet aspect (et le prix tout doux)… Il s’agit d’un « Lin-Viscose » selon son appellation, c’est donc un tissu qui imite l’aspect du lin, naturellement froissé mais avec un tombé beaucoup plus fluide. Il est composé de rayonne et de polyester (je vous avais prévenu…). En blanc il est transparent, la robe a donc du être entièrement doublée. Pour ceux que ça intéresse, il y avait d’autres coloris disponibles, notamment un bleu électrique et un vieux rose très jolis.

Coté mercerie, j’ai ajouté un passepoil doré au niveau de l’encolure et j’ai utilisé de la doublure maille pour doubler la jupe. La doublure du buste a été réalisée dans le tissu principal. Et pour coudre le tout un fil polyester assorti.

 

On passe au patron du buste :

Comme je vous l’ai déjà dit dans mon article précédent (ici), le buste a été réalisé à partir du patron de la blouse Eugénie de Atelier Scämmit. J’ai commencé par faire une taille en dessous de la mienne car je voulais quelque chose d’un peu plus près du corps et vu l’ampleur, je savais que je n’aurais pas de problème pour l’enfiler.

Ensuite j’ai allongé le buste de 7 cm en tout, pourquoi 7 cm ? et bien parce que je voulais que le buste arrive à une hauteur similaire à ma Frida test. J’ai fait une première toile avec 8 cm en plus et j’ai trouvé ça légèrement trop long j’ai donc enlevé encore 1 cm. Et j’ai remonté le décolleté de 2 cm comme décrit dans le patron de base.

 

 

Pour les manches, je ne me voyais pas bras nu, d’une part parce qu’en se mariant en septembre on prend des risques avec la météo, mais aussi parce que certains complexes ont la vie dure… Mes bras, c’est surement ce que j’assume le moins chez moi! Du coup j’ai repris les manches d’eugénie pour avoir le patron de base adapté à mon buste et après … free style complet !  je n’ai aucune idée de la valeur « modélistique » de ce que j’ai fait …

J’ai coupé la manche en deux au niveau de l’épaule et parallèlement au droit-fil. J’ai écarté les deux morceau en les laissant « attachés » par la tête de manches et fait en sorte d’avoir une quinzaine de cm en plus entre les deux morceaux à 20 cm de la tête de manche… je ne sais pas si c’est clair ! je vais vous mettre ça en photo ! Puis j’ai tracé un arc de cercle ( le centre du cercle étant l’épaule) a la longueur souhaitée de sorte d’avoir des « mancherons » en arrondi.

 

Je vous disais que j’ai entièrement doublé le buste (manches comprises) j’ai donc coupé chaque pièce de façon à me retrouver avec 2 bustes entiers.

J’ai procédé comme suit :

  • j’ai monté les devants et les dos ensembles et fait les pinces des devants,
  • ensuite j’ai assemblé les devants et les dos (endroit et doublure) par le décolleté avec le passe-poil entre les deux.
  • puis j’ai assemblé les manches deux par deux au niveau des bas de manches.
  • et dernière étape : j’ai fermé les emmanchures en prenant en sandwich les manches pour avoir une finition sans couture apparente, cette étape a été un peu chaotique et je l’ai faite en mode système D, maintenant que j’ai utilisée la technique du burrito sur Mana, je me dis que c’est surement comme ça que j’aurais due m’y prendre….

 

 

 

Dernière étape : La jupe

Alors promis la c’est moins compliqué !!! La jupe est celle de la Frida hackée du mode et travaux spécial Make My Lemonade, mais avec légèrement moins d’ampleur. Elle est donc formée de 2 jupons de 53cm de hauteur : ce qui convient parfaitement à mon mètre 60, donc je n’ai fait qu’un repli de 1cm en bas de la jupe.

Attention si vous êtes plus grande, prévoir des hauteurs de jupon  plus importantes !

Le premier jupon est composé de 2 pans de tissus de 53cm x 120 cm (Frida prévoit des largueur de 140 mais j’ai réduit un peu pour que cela corresponde à deux fois la largueur du buste). Le second jupon est lui composé de 4 pans de 53 x 120 cm.

Si vous voulez le même : patience avec les fronces (7 mètres 20) ! Et si vous n’aimez pas ça, oubliez immédiatement cette jupe, elle vous rendra folle! Le plus long pour moi, ça aura été l’ourlet, pour un rendu plus propre j’ai tenu à le faire à la main … 4 mètres 80 d’ourlet à la main … j’en rêve/cauchemarde encore !

Pour la doublure, je n’ai fait qu’un jupon avec 2 pans de doublure maille de 1 m en hauteur x 1m20 de largueur. Je l’ai fini par un surjet simple en bas et de cette manière elle arrivait juste un peu au dessus de la jupe.

IMG_20180801_175240 (2)
Premier essayage avant de fixer le buste et la jupe !

Et le reste de la tenue ?

Alors très rapidement parce que je sais que ce qui vous intéresse, c’est surtout la couture !

J’ai trouvé des sandales de la marque André, couleur tangerine avec un tout petit talon compensé pour pouvoir les porter toute la journée. Pour la petite histoire, c’est le flash total pour ces chaussures qui a déterminé la couleur de ma veste et des fleurs que j’avais dans mon bouquet et sur toutes les tables (des fraisias tangerine).

J’avais dans les cheveux un serre-tête palme doré trouvé par hasard en supermarché et je portais une veste perfecto de la même couleur donc que mes chaussures trouvé chez la marque Vero Moda.

 

Maquillage réalisé moi-même et coiffure faite par un coiffeur à domicile pour un petit moment Girly avec les copines avant la cérémonie ! Et j’ai failli oublier : mes boucles d’oreilles sont le modèle Endless de la créatrice Laura Essayie que j’adore !

received_246149832767307 (2)

Voilà vous savez tout ! Je vous laisse avec quelques photos en espérant que cette série d’articles vous aura plu et vous aura donné envie de faire votre robe pour le grand jour!

Je vous envoie plein d’amour !

ChaEtChris_180915_164934 (2)
Un petit coté antique, non ?          crédit photo : Josselin Malot
ChaEtChris_180915_165129
Le détail des chaussures assorties, j’adore !                         crédit photo : Josselin Malot

chacha-nude (2)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :