La robe de mariée : épisode pilote

Il parait que quand on est une blogueuse il faut trouver un surnom à ses lecteurs… Alors, j’ai bien pensé commencer cet article par un « Salut mes petites loutres! » et puis je me suis dis que ça n’allait pas le faire !

Je me contenterai donc de ça :

Bonjour à tous ! j’espère que ça va bien ?

Moi, je suis super contente que vous soyez venus me lire ! Aujourd’hui, j’avais envie de vous raconter ce qui deviendra ma quête de La robe de mariée. Enfin… pour l’instant, la quête n’en est qu’à ses débuts, car cette histoire ne fait que commencer …

Voilà que l’été dernier, mon amoureux et moi avons décidé de nous marier ! Nous avons envie de fêter ça et de le partager avec nos proches, mais la super fête en grande pompe, ça n’est pas pour nous. Exit donc la robe meringue que je laisse volontiers à celles qui se sentent à l’aise avec. Pour tout vous dire, je ne suis même pas sûre de vouloir une robe blanche.

Vous comprendrez bien qu’il ne me soit donc jamais venu à l’esprit de rentrer dans une boutique de robe de mariée. Et étant une couturière, certes amatrice mais passionnée, j’ai rapidement eu envie de coudre ma robe moi-même. En revanche, je n’ai jamais imaginé la designer moi même et partir de rien. L’idée, c’est de trouver un modèle qui me plait et de la réaliser dans de beaux tissus.

IMG_20180408_172301.jpg
La sélection de départ

Tout a commencé avec Eila, lorsque Slow Sunday Paris a sorti sa collection à l’automne dernier, j’ai complètement flashé sur le dessin technique de cette robe. Je me suis d’ailleurs empressée d’acheter le patron au CSF. J’imagine Eila avec une sur-top en transparence du reste de la robe… à ce moment là, je suis convaincue d’avoir ma robe de mariée.

Les mois ont passé et mon projet n’a pas avancé, j’ai aussi commencé à douter : tout miser sur un patron, c’était peut être gonflé. D’autant que je n’ai pas vu beaucoup de réalisation de Eila sur internet… c’est louche ! J’ai donc changé d’idée, pourquoi ne faire qu’un essai quand on peut en faire plusieurs ? Le but est de réaliser plusieurs robes, de voir celle qui me va/plait le plus, et de la décliner dans un ou plusieurs tissus qui rendront « robe de mariée mais pas trop ».

Bon, le but n’est évidemment pas de faire de la robe jetable : sitôt cousue, jamais portée. J’ai envie de coudre des robes qui me ressemblent et que je pourrais porter à d’autres occasions. Pour le moment j’ai 5 candidates en lice :

  • Eila de Slow Sunday Paris, dont je n’ai pas choisi le tissu,
  • Chiara de Wear Lemonade, en broderie anglaise framboise, vous l’avez d’ailleurs déjà aperçue sur mon compte Instagram, ici,
  • Frida de Wear Lemonade, dans la popeline dots de Wear Lemonade… Je n’ai pas résistée à reproduire le hack de Frida en robe longue du Modes et Travaux dédié à Wear Lemonade
  • Romane de Chez Machine, en viscose bloom de Wear Lemonade (encore) et broderie anglaise noire achetée en Thaïlande,
  • Aubépine de Dear and doe, en rayonne Cotton and Steel design Rifle Paper Co.

Voilà, vous savez tout. Ce que je vous propose maintenant, c’est un article par robe pour revenir en détail sur chaque modèle, au fur et à mesure de mes réalisations.

Je vous laisse avec quelques photos des associations de tissus que j’ai choisies.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :